top of page

                      L'USAGE INVISIBLE de MAGIE NOIRE, et ses dégâts.

 

 

                      Il y a un lieu lumineux, où toute cette ombre n'a plus d'existence, parce qu'elle ne peut simplement plus se maintenir : c'est un lieu intérieur, psychique, énergétique, une volonté aussi. Et plus vaste encore.
C'est également le lieu de cette rédaction. Soulever ce sujet a une réalité vibratoire, puisqu'il en a une, dans un certain monde. Et n'en a pas, car dans d'autres mondes, plans, volumes de vie, la dualité n'existe plus et laisse sa place à d'autres structures de fonctionnement.


"Je sais que je ne sais pas", chantait Gabin. Oh oui.

Sur tout cela, à part la véracité des témoignages, des paroles, des états du métabolisme, et des actes de délivrance surtout, on ne peut rien affirmer ; toute interprétation n'est qu'une intuition passagère, remplaçable par une autre dans un système encore différent.
Alors le "bénéfice" dégagé, d'écrire sur ce sujet, est-il supérieur aux dommages vibratoires créés par la même opération ? Faut-il lui donner cette importance, gonfler sa densité, lui donner ce plaisir, à l'Ombre, à toutes les ombres, d'ailleurs .... La "nécessaire", comme contrainte dynamique (?), l'imposée (?), la destructrice, la régénérante, la créée par nous, l'entretenue par nous, etc... ?
Je le crois ; pour un temps seulement.
Sujet non abordé, sujet qui sent pas bon, sujet ...qui porte malheur ? Non !
Tout sujet non abordé, à moins que nous ne l'ayons déjà parfaitement intégré,
est un sujet qui peut toujours se présenter à soi dans la vie. Ou à son voisin.
Nous ne vivons pas dans le caisson à oxygène de Mikaël Jackson.


         Nous serions chacun-e plutôt à l'image de ces multivers aventureux (univers multiples), imaginés soit en plans successifs, soit en structures complexes holographiques.
Des parties de nous, de la société sont tranquilles sur ce sujet de la dualité : elles n'ont pas, ou pas encore, ou n'auront plus besoin de cheminer sur le sujet. Tandis que d'autres parties de soi, d'autres couches sont toujours dans la "bataille", donc dans le dégagement.
Nous sommes très inégaux devant la dualité ; chaque dialectique est unique dans sa façon de se poser, et de se résoudre, ou pas. Respect pour la feuille de
route de chacun. Il y a des périodes paisibles, façon oeil du cyclone, que nous prenons parfois pour un état évolué de résolution de la dualité, seulement des calmes avant la tempête. Et cette partie de nous, non dégagée, encore dans la bataille, (peut-être aussi parce que la bataille n'a pas été esquivée ou remise à plus tard, important !), cette partie de soi encore à sculpter peut avoir besoin de jalons, balises, repères partagés içi en toute modestie.
C'est pour cette partie de soi et de la société que j'écris ces lignes, mon simple relais/questionnement.


                Voilà. Une présentation sous forme d'encarts, courts, longs, chacun pour une hypothèse, ou un recherche, un témoignage, un avis, une donnée technique, etc.... Davantage un jeu de l'oie, caché dans les pièces d'une sorte de puzzle incomplet dont l'image, la structure, la dynamique se sont révélés, mis en forme et affinés au fil du temps.
Alors chacun voudra bien circuler dans sa "vérité" à lui... Plutôt dans son paysage, car celui-ci paraît toujours vrai, mais il évolue, et d'ailleurs on le recherche changeant. Tandis que les vérités, parfois dures, monolithiques, froides ou terribles ont fait tant de morts déjà.


Absolue véracité des témoignages, bien sûr, avec engagement personnel de leur parole comme devant la Justice, puisque celle-ci, si toutefois elle existe, n'investit pas ce domaine "sans preuves". C'est d'ailleurs leur "vérité contre toute vraisemblance" qui m'a touchée et fait réagir.

Prune, du milieu artistique, en premier, mais tant d'autres : un fil ininterrompu de confidences, recherches, témoignages courts ou plus aboutis, en massage sonore ou non, avec retours sur vérifications... Une matière sans fin ! Et je fais ici le même acte de Justice, le même serment de fidélité aux témoignages reçus, de précision, de proportions, au maximum de mes possibilités, même si les témoignages sont sous pseudo, et les dialogues, "reconstitués", pour davantage de fluidité.
Ce sont les processus que j'ai souhaité décrire, et non des individualités. Celles-ci ne sont pas un enjeu.


...............Alors les jeux sont faits ? Faites vos jeux ! Retenez les encarts, les folios qui vous parlent, gardez sous le coude ceux qui vous intriguent, et faîtes des cocottes en papier virtuelles avec ceux que vous ne pouvez ou ne voulez pas accepter !

 


VIRUS


Tiens, étonnante cette synchronicité de fin de réflexion sur la magie noire, avec la crise sanitaire. Comme une magie noire généralisée dans toute la société : arrêt quasi total de l'activité, corps contraints avec système de coupure relationnelle, impossibilité de fonctionner d'après le réel et l'autodétermination pour vivre dans le temps et dans l'espace comme on l'entend, une auto intoxication venant de la respiration sous masque.
Résultat : des silences, des plis de peur, de coupure, de honte, d'agressivité, de baisse des relations, d'évitements, etc... On est descendu de l'étage cortex au sous-sol du cerveau reptilien en quelques semaines : lois de survie, de
préservation de soi, etc...
Une occasion idéale de ressentir comment les choses vibrent, en général.
Prenons-le donc comme ça. Ressentons simplement les choses. La longueur d'onde des choses, plutôt. Beaucoup de gens ont fait ça pendant ce temps, au-delà des bénéfices splendides pour la terre et certains aspects de la vie intérieure.
Tiens, il va être aussi question de guerre, combat, dommages collatéraux, d'ennemi invisible, malgré ma vision qui se veut unitaire et qui va le rester tout au long, tout en tentant de parler de la dualité.
Tiens, il va être question de symptômes, effets, diagnostics, remèdes, immunité, maladies, bonnes médecines.
Une aussi vieille maladie que le monde lui-même, la magie noire, et on laisse faire cette fatalité ?


ECRANS (1) :


Prune : "Ma vie s'est ralentie, puis bloquée, profondément, systématiquement, sans que je ne puisse rien faire. Je suis sortie de l'humain, de ce qui fait la vie en général. Je vivais, apparemment, mais dans un monde complètement asphyxiant pour moi, et où tout ce qui était positif, beau, constructif, vivant en tous cas, a disparu, s'est anéanti. Je n'étais plus dans le bon film".
Entendons cela et utilisons la référence "écrans" au fil de la rédaction puisque l'époque se fond avec ce media.
Evidemment la vision de la vie regarde chacun.
Matrix, plutôt dualiste, quasi christique ? Inception, plutôt quantique ? 2 films
poids lourds, extraordinaires et inspirés, sur la structure de l'univers, le sens de la vie.
Certains Monty Python sont remarquables aussi : le Sens de la Vie, donc ; et la Vie de Bryan en disent long. La Vie de Bryan devrait être diffusée le plus souvent possible.
ll y a, comme ça, des films d'utilité publique par rapport à la conscience qui sont plus utiles que tous les débats.
.........Et La Chèvre, le chouchou, avec Pierre Richard et Gérard Depardieu ! Carrément initiatique, sur l'envers du décor, le rôle de l'erreur, la nature phénoménale de l'intuition, de la longueur d'onde des événements et personnes.


MAGIES, qués aquo?


La magie des êtres humains, c'est pouvoir influer sur la matière en l'utilisant, associée à une intention précise. Bon, c'est la vie, alors ! C'est le quotidien ! Une bonne nourriture, de l'amour exprimé, un art puissant, une joie partagée, c'est magique !
Oui déjà, mais ...ça peut aller tellement plus loin. Un support précis provenant
de l'univers personnel d'un être humain, (support avec ADN, soit salive,  cheveux, etc...), un vêtement, l'écriture, une photo, mais aussi la nourriture,
peuvent devenir des supports d'une inversion énergétique, ou le lieu d'un transfert de charges négatives, ayant intention de nuire. Extrêmement grave.


La magie noire : C'est couper, tuer, séparer, arrêter, annihiler.
Dirigée vers tel ou tel domaine précis, (physique, santé, sexualité coupée, argent coupé, amour coupé, événements annulés, contrats ou lieux invalidés,
etc..), allant aussi jusqu'aux malédictions de mort. C'est souvent utiliser des entités négatives déjà existantes en leur donnant une mission précise, avec une intention précise. C'est du Moyen-âge ? Ce n'est pas possible ?
Et si ! Super moderne, courant, même. La magie noire, c'est obliger les lois du réel à suivre le principe de Répulsion jusqu'au chaos, chaos cellulaire, chaos du système électromagnétique, des différents corps de l'être (si on reprend la classification assez pratique içi des corps physique, émotionnel, mental, etc), chaos relationnel, etc... C'est une intention de nuire, jusqu'à la possibilité de la mort, qui est parfois invoquée, voulue, sans aucun signe apparent. Cela relèverait de l'empoisonnement conscient.


La magie rouge. C'est vouloir attirer, posséder, voler, capter, drainer l'énergie d'une personne mais aussi d'une situation, d'un contrat, d'un geste, d'un acte, d'une pulsion, d'un champ de possibilités, vers quelqu'un, vers soi, à son profit.
C'est obliger les lois du réel à suivre le principe d'Attraction, parce que cela va
servir les emprises, possessions, surchauffes et exploitations de la matière, cela pouvant aller aussi, jusqu'à une mort, sur un certain plan, moins directement, moins rapidement. Et à une destructuration progressive, certaine. C'est donc attirer la puissance sexuelle de l'autre vers soi, vers son usage ; les avantages matériels, financiers, de situations et relations, aussi.
Amour, sexe, c'est plutôt sympathique, non ? Mieux que le Viagra, la magie rouge ? Oui, mais ...Non ! Ce 1er chakra, le socle du bassin, c'est le lieu de la liberté par excellence, le lieu du consentement. Le lieu de la construction de l'être.
Contraindre à du pseudo-amour, par la force ou par l'attraction artificielle sont également lâches. Consentement, donc, toujours. Y compris pour un homme, et c'est fondamental, le consentement d'un homme, sans vouloir plaisanter. Même si le désir masculin semble être toujours celui qui est premier "en demande", un homme a le droit de dire...non ! Ou d'être simplement non réactif. De se réserver la possibilité ou non de passer à l'acte,
selon ses inclinations profondes, dans le temps, etc... De se respecter, à sa façon, lui aussi.


[Tiens, au passage libérons donc l'homme de l'obligation terrible de dire oui à  chaque expression de séduction féminine ! Libérons-le du désir féminin qu'il soit aussi toujours au taquet, même si dans bien des cas, il nourrit avec empressement et de façon indistincte cette version-là de lui-même... Oui, il a le droit de dissocier un désir d'un mouvement de conscience, dans le sens inattendu...de la rétention, qui serait aussi son choix ! Libérons-le, enfin...euh, s'il est d'accord, bien sûr ?! ]


Traficoter l'énergie du 1er chakra, qui est bien davantage que le simple lieu des pulsions sexuelles, peut être très grave, pour hommes et femmes, car cela
affecte toute la verticalité. Donc, l'accès de quelqu'un à sa propre conscience, à ses mémoires. C'est carrément se l'approprier, le "posséder", et changer son
destin, c'est-à-dire faire que sa conscience est dépendante d'un facteur énergétique inconnu, indétectable, qui conditionne son comportement instinctif, pulsionnel, et dont il ne maîtrise pas la présence.
De plus la magie rouge va diffuser son effet sur d'autres plans de matérialité et communiquer un trouble dans toutes les vibrations en rapport, même si les
effets semblent apparemment "positifs", ou fructueux. Surtout des situations de groupe, relationnelles, etc...
On sait déjà combien c'est progressif, au naturel, cette lente (ré)appropriation de la conscience, sur les différents plans de nos vies, pour chacun-e !
[Réfléchissons aussi sur ces matrices féminines qui, heureusement sansmagie noire ou rouge, sont arrivées tout de même à des résultatssemblables d'emprisonnement : femmes qui ont conditionné l'homme, bébé puis petit garçon, à être le doudou de leurs manques. L'ont emmailloté ou ligoté dans leurs mémoires matricielles jamais dégagées, où il a étiolé ses rêves, à force de ménager le besoin de fusion de leur mère s'auto-comblant avec celui de l'enfant. Et qui se sont retrouvés, parfois instrumentalisés, harcelés, dans la simple et même situation de devoir combler les "manques" féminins, un peu plus tard, avec leur compagne, mère ensuite à son tour, etc... Avec le mot "amour" à la clé, sous le jeu perpétuel des emprises
mutuelles... Prisonniers par attachement, explorant leur libération par une quête sexuelle tous azimuth ! Même s'il n'y a pas de magie rouge créée expressément, la longueur d'onde est la même.
Alors si nous libérons l'homme des besoins de sécurité féminins (précisons : des besoins de sécurité non liés à la maternité, ou excessifs), la nature de son désir en sera peut-être aussi changé. Il y aura peut-être aussi moins d'actes généraux violents ou dégradants envers le féminin, injustifiables de toute façon, cela reste évident. Et la masculinité aussi, en sera sans doute changée : un changement d'octave, un accès à soi-même, une profondeur.]


Et n'oublions pas la magie "blanche" même si ce n'est pas le sujet içi :
c'est ...tricher aussi ? Oui, plutôt. Sachant que nous influons sur tout, que nous sommes magiques par nature, comme la vie elle-même, dont le potentiel et la biodiversité sont hallucinants, seulement hypercontraints par nos normes humaines à tendance prédatrices, à quel moment "faire quelque chose", avoir un dispositif, une intention soutenue dans un matériau est-elle "légitime" ? Y compris un dispositif contre la magie noire, qui serait lui-même une sorte de magie ! Quelle est la définition, où est donc la limite de la "magie" ?
Une réponse rapide serait : la limite de la magie blanche se trouve dans ce qui
altère les lois naturelles électro-magnétiques de la vie et de l'évolution des êtres, et des siennes en premier ; ce qui les exploite ou les détourne à son profit. Oui, même au-delà d'un bénéfice apparemment anodin, positif et non nuisible à quiconque ! Et bien sûr : là où l'acte commence à altérer, et la liberté, et la nature électromagnétique, et l'évolution de l'être, d'autrui.
Est-ce forcer les lois du réel que de faire consciemment des petites manips pas très claires et apparemment positives ? Pour moi, oui. La vie apporte "ce qu'il faut" en général, et souvent ce n'est pas ce que nous imaginons ou espérons qu'il "nous faut", que "nous méritons". Et même si c'est : rien ! Et frustrant. Décevant. Questionnant. Les vides sont des espaces, des cycles, et parfois des réponses, aussi.
Quand on "force" le réel à ses désirs, c'est qu'il y a un problème ; c'est dans le fond, d'abord un constat d'impuissance personnel, un manque de confiance et de compréhension en la vie, sur ses mouvements de fond puissants pour chacun, et d'accord avec ses lois profondes. Bien sûr on met du temps à appréhender tout cela.
Oui, ça peut être de la triche, la magie blanche. Autant que mentir naturellement, prendre de vitesse quelqu'un, capitaliser toutes les données positives d'une situation pour soi, etc...
La magie est internationale, dissimulée sous masque unique, ancienne comme le monde. Elle concerne tout pays, avec des spécialités locales.
La campagne française se montre fort compétitive, en plus de ses co-listiers Afrique et Maghreb, Antilles, mais aussi Amérique Centrale et du Sud, Haïti, Comores, l'Ile Maurice et Roumanie, puis repassons par la Sibérie, et refaisons le tour du monde en passant ailleurs, car ce sera pareil, même si les moyens varient !


TRANCENDANCE et REINCARNATION


2 mots importants : transcendance, et réincarnation. Qui se posent comme incontournables :


1. Transcendance car on va dire les mots : "conscience", "âme", "être", "esprit".
Ca paraît assez solennel ? Les mots sont très importants et pas du tout...Qu'il y ait d'autres dimensions que la matière, ou même contenues dans la matière : le fait que l'humain, et le vivant soit issu d'un principe créateur, d'une force de vie, quel que soit le nom donné à cette énergie-source première. En évitant certainement le "religieux".
Si vous préférez ADN", pourquoi pas, c'est le lieu de bien des programmes, de
tant d'informations. Un lieu en totale redéfinition, scientifiquement, spirituellement, plein d'ouvertures potentielles.


2. La réincarnation est içi de l'ordre de l'évidence, même si pour beaucoup elle
est inenvisageable. L'âme a une histoire, et expérimente son existence au fil de ses incarnations. La preuve scientifique n'est pas loin !
Le fait que la vie terrestre de l'être, âme pour certains, ne soit pas unique, et qu'elle expérimente un nombre variable de passages, pour faire un certain type de travail peut déranger. Cela change tout, au niveau de la notion de justice, par exemple. Aussi sur les notions de destin, de souffrance, d'inégalités, de "mémoires", de l'importance de la transmission génétique, etc...
On abordera mieux ça dans Scènes / Scenari : comment l'apparente "réalité" , cohérente, logique, organisée en repères sociaux stables est en fait une comédie huilée, peut-être nécessaire mais transformable, aussi ; bon, cela on s'en doutait fort, mais perçoit-on, aussi bien que la comédie du dessus, ces processus très profonds et souvent complètement différents, révolutionnaires, a-moraux du vivant, engageant des rouages de causes à effets qui nous échappent complètement, la plupart du temps, et dont on aperçoit par le verrou, parfois, et quand il y a de la lumière, une petite image imprécise ?
Il est d'ailleurs là, le champ de l'énergétique.


DUALITE (1)


Tiens, et pourquoi "celui qui voulait faire l'ange, et qui fait la bête", finalement, se retrouve au tapis ?
Parce qu'il voulait faire l'ange mais qu'il ne l'était pas ?
Parce qu'il a usé de volonté au lieu de laisser faire sa conscience ?
Parce qu'il ne savait pas comment rester un ange ?
Parce qu'il en a eu marre, que ce n'était pas rigolo d'être un ange ?
Parce la roue a tourné pour lui ?
Parce qu'il a eu une crampe en prenant la pose et a fini en gargouille ?
Parce qu'il avait capté la matière irisée des anges pour lui ?
Mmmm...les rouages sont-ils si simples, habituels, duels....bref, "rassurants" ?


QUANTIQUE


Bon, un mot qui fait tout du sol au plafond ; comme Liberté. Comme Energie. On a tout dit et rien dit avec ces mots. Et du coup on en reparlera plus loin.
On savait déjà que l'expérience scientifique conditionnait le résultat puisqu'elle formulait a priori son cadre : on trouve, ou pas, ce qu'on cherche en l'ayant nommé au préalable. Or par excellence on ne peut formuler l'inconnu. Certains termes de l'inconnu, seulement. Par la négative, souvent : ce n'est pas ceci, ou cela car on sait que ça ne marche pas...
..........En physique quantique, l'observateur change la nature de ce qui est observé. C'est le conte de la Belle et la Bête, finalement : l'observateur (le regard, l'énergie, l'attention, l'amour, c'est la même chose, à la base...la Belle ?)
change la nature de ce qui est observé (la Bête, prisonnier de son apparence, de la matière qui l'a ensorcelé, ou lui a joué un tour, ou bien défiguré, et qui ne
demande qu'à se révéler dans son être profond et avec son vrai visage de Beau Prince Charmant).
Il n'y aurait pas de "réalité" réelle, mais 2 consciences issues d'un même processus unitaire de conscience, partageant un phénomène extraordinairement complexe d'attraction-répulsion universel (ou électromagnétisme), en constant changement.
Tiens, et si à l'inverse, la Belle, c'était aussi ce qui est observé, ce pseudo-réel,
cette matière en mutation constante, de l'amour, déjà, de la lumière ; et si nous, nous étions aussi la Bête, la matière précisément en transformation, cet
humain, être étrange, bigarré vibratoirement, percé de lumière, assez indéfinissable ?
A partir de là, tout est en entière communication, information, vibration, même ténues, même de loin ; tout a une connection, un sens, dans l'interdépendance, à défaut d'avoir toujours une relation directe, volontaire ou non. Une logique naturelle, sur le plan du principe : déjà, la logique imparable des causes et des effets.
Alors nous serions dans un film où chacun des acteurs est en même temps l'acteur, le spectateur, la toile de projection, le projecteur, le vendeur de glaces, la glace, la billetterie, l'auteur du film et la production ? Cette conscience quantique qui projette un monde holographique, monde "apparent", semblant réel, partagé par des millions d'autres êtres dans ce qu'il nous semble à tous concret et semblable, a sans doute un "sens" à être ainsi partagée.
Des physiciens, des spirituels se sont penchés sur ces définitions ; bon, mais quand on fait sa vaisselle, tout ça, qu'est ce que ça change ?
Eh bien ça devrait tout changer de le savoir, et de s'installer dans cette conscience. Plus de fatalité, (mais vaisselle quand même !), un accès naturel à
tout ce que nous sommes, en toute responsabilité. Une géométrie de conscience totalement différente. Qui tient compte de l'interdépendance des
différents plans, différentes couches de l'être et de l'univers, simultanément.
................Et sur le sujet des pratiques sombres, c'est aussi très important.
Parce que la portée de ces actes a une résonance bien plus vaste, alors, dans l'espace et dans le temps. Au-delà de toute moralité linéaire et justice de base, qui ne s'appliquent déjà pas dans ce domaine, ce qui est très étonnant.


RESPONSABILITE


Ouf ! Tout ce détour pour dire dès le début, que la personne qui commandite une action de magie noire, ainsi que celle qui en exécute l'action (si ce ne sont pas les mêmes) seront touchées, les deux, inévitablement, à un moment ou à un autre, par le chaos qu'elles ont ordonné. Souvent d'un cancer, expression naturelle d'un chaos cellulaire, d'une désorganisation de la vie. (Attention, la majeure partie des cancers vient d'autres motifs, et il y en a tant !)
Puisque ces personnes ont mobilisé, elles, ce type de forces, puisqu'elles se sont mises à ce niveau vibratoire d'inversion des lois électromagnétiques, elles organisent elles-mêmes leur devenir, même si elles ont des techniques de "protection", efficaces momentanément. On reviendra sur ça plus loin, avec l'engrenage inévitable de sujétion à...des plans immatériels pas très lumineux, on va dire ça comme ça, pour l'instant. Et là, le risque d'être anéanti soi-même par les forces qu'on avait mises à son propre service est très élevé.
Important de le savoir. Pas un "retour", ni une punition, ni un travail envoyé en
revers par quiconque aurait reçu l'attaque - oh non, surtout pas, ce serait sans fin - : mais une simple logique imparable de mise en résonance mutuelle des intentions et des actes.
Et puis l'info passe dans l'ADN. Et hop, contamination de vibrations basses pour toute la famille. Invalidant pendant des décennies et sur la descendance.
Cela devrait refroidir définitivement toute personne tentant inutilement sa
chance auprès des magies.
                                                                                              (...à suivre)

....................et dans le désordre des apparitions, à l'écran :

SYMPTÔMES

DOMINOS & DOMMAGES COLLATERAUX

 


ONDES 1-2-3-4- ...
UNE THEORIE de la RELATIVITE
POLARITES
DUALITE 1-2-3-4- ...
OMBRE-S 1-2-3-4- ...
SIGNES & SUPERSTITION
SAVOIR ou VIVRE ? VOYANCE ou CLAIRVOYANCE ?
UN GÂTEAU NAPOLITAIN
ELECTROMAGNETISME
CONFUSIONS
PARADOXES
UN PUITS SANS FOND
DECALAGES DANS L'ESPACE – TEMPS
REMEDES & MEDECINES
SYSTEME IMMUNITAIRE
CONTAGION ?
FOCUS / CHARGES / TRANSFERTS
PROGRAMMES
FRAGMENTATION
DOUBLE-S
COMBATS ET/OU INTEGRATION
DISTORSION
MANIPULATION
MORT-S
ISOLEMENT
FAILLES
EGREGORES
NOURRITURES
TRAVAIL / ARGENT
FATALITES
CAUSALITES
TERREAUX
EQUIVALENCES
JUSTICE-S
METIERS
NETTOYAGE ENERGETIQUE
TOUCHER-S
ENERGIE-S
TAUX VIBRATOIRE
SCENES & SCENARII
RÔLES ou ICI et MAINTENANT
POSITIONNEMENTS
UN VOCABULAIRE

REVENIR au MONDE
AIR PUR
REMERCIEMENTS...

bottom of page